Pince-sans-lire : la bibliothèque comme accessoire Prise de conscience (accessibilité et bibliothèques, suite)

Bestiaire de demain (extraits)

23 décembre 2006

A l’approche de Noël, loin des débats linguistico - professionnels locaux, voici un petit délire verbal … joyeuses fêtes!

L’araignée-moustique

araignée tissantL’araignée-moustique tisse son propre linceul. Délicatesse du suicide, elle volera jusqu’au festin involontaire, dégustera le sadisme subtil de l’invisibilité.

L’araignée-moustique, repue et oublieuse, fera l’amour avec lui-même, se laissera piéger par son chef-d’œuvre, périra dans une danse schizophrène.

La fourmigale

Une fourmi à tête de cigale peut être horriblement dangereuse. Tout d’abord pour elle-même : cette travailleuse infatigable à mine de fainéante se déchire à la tâche pour changer le rendu du miroir. A force de sueurs inutiles, elle devient hargneuse, inconstante : une mélodie de peur s’étale dans sa fourmilière. La température monte dans son grenier, fait croustiller le grain, transforme son dard en diamant. Elle dévore ses réserves, grossit autant que son agressivité, son venin est imparable. Des souris, des cafards et même des oisillons insouciants en font les frais : rien n’arrête la faim de vengeance de la fourmigale.

Des flammes s’élèvent de toute cette énergie, la terre grésille avec un air de violon, la mutation dégage des astres maléfiques.

Elle ne bouge plus maintenant, mais son visage est marqué par l’effort. Elle étale ses huit pattes, bouche d’un caillou l’entrée de sa tanière.

Et, tel un Néron jusqu’au-boutiste, elle rôtit avec son poison dans le théâtre de sa haine.

Le cochon-fleur

Ses pétales de chair appétissante s’étalent sur la pourriture. Transpiration de graisse parfumée, vocation d’abattoir. Il aimerait trôner sur une boutonnière, se faner avec nonchalance dans un vase de Chine à l’eau jaunâtre. Ses effluves attirent des guêpes malveillantes, les léopards des prairies affûtent leurs couteaux. Des mains taillées à la lessive le cueilleront sans tendresse, le sécheront dans une cave jusqu’au festin de la nuit. Point de langage chiffré pour la demoiselle, point de langage d’amour. Mais frénésie des dents, orgie gourmande, crépitement de pistils dans la poêle de l’horreur.

B.D.

Articles : Divers

Laissez un commentaire

Vous devez vous connecter ici pour ajouter un commentaire.

Rétrolien  |  Subscrivez aux commentaires via le fil RSS


Ce blog

Réflexion et opinion libre autour du monde de l'information documentaire...et la société

Recherche

Billets par jour

juillet 2014
L Ma Me J V S D
« nov    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Descripteurs

Syndiquer

Gestion: